Partagez|

[Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ninja de Kiri
avatar
Ninja de Kiri
Messages : 16
Date d'inscription : 09/02/2015

Fiche du Shinobi
Rang: A+
DC:

MessageSujet: [Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma) Sam 21 Fév - 16:42

Dark side of universe
ft. Makkura S. Akuma



Loin de l’horloge si chère à l’organisme biologique, loin du fractionnement cartésien d’une dimension insaisissable … Le temps défilait uniquement au fil de ces couloirs entremêlés de noirceurs et d’éclairages alternés, en une monotonie déconcertante. De retour une fois de plus, après le tintement ô combien usé de la grille contre la façade d’un mur grenu via le geste formel du geôlier. Le nordique s’immobilisa un instant, l’air de profiter d’un frisson agréable issu de la brise subtile frappant les perles d’eaux disséminées sur les contours d’une anatomie exubérante. Un rare tribut au cœur de la routine protocolaire qui rythmait indubitablement cette incarcération à la durée mystérieusement prolongée. Nul armement, nul effet personnel ; Rien à part ce drap enroulé autour du bassin l’exhortant d’une exhibition incongrue succédant à une étape particulièrement rafraichissante. Du moins jusqu’à croiser des pupilles la délicate intention posée sur le recoin du lit de fortune, en un jogging anodin privée d’un haut usuellement en place. Curieuse intrigue … Mais complètement impotent devant l’attitude las et désintéressée d’élucubrations fantaisistes de ce détenu conscient du sort indépendant de ses choix. Coupé de son peuple, coupé du monde extérieur derrière ces barreaux introduisant une cage de taule et de métal mêlé à la roche râpeuse.

Il ne comprenait pas vraiment l’idée de l’austérité et de cet environnement minutieusement orchestré en vue d’une pression psychologique inefficiente sur un individu de ce genre. Son calme et sa patience reflétés par la soumission lente des ressorts du matelas sous cette robustesse relevaient davantage de la stase du rodeur plongé dans le repos, insensible à l’alerte du danger, que de la stupidité naïve. Pas de chaleur, pas d’étincelle, ni même un zeste de tressaillement. Ces jours passées à  arpenter les montagnes enneigées lors du test d’initiation apprenait aux siens  craindre l’instabilité et les pulsions du vivant plutôt que l’inspiration ésotérique relatif à une matière inerte, prévisible. Un tel guerrier ne pouvait éprouver d’autre sensation que l’ennui profond au regard d’une culture habituée à s’amputer de la liberté. Ni vitres, ni paysages, remplacés par une tonalité maussade. Heureusement, une maigre douceur venait combler l’intervalle entre les divers appels, tapis au-dessous de cette reliure granuleuse commune à l’ensemble des livres empilés sur la commode proche de lui. L’un d’entre eux glissait délicatement sur le pianotement de ses doigts, avec une inscription clairement visible sur la tranche arrière : Organisation et géopolitique du monde shinobi.

Une évasion spirituelle l’espace d’un court instant, ancrée dans ces innombrables lignes savamment calligraphiées … Et dans un élan d’imagination, paru au fond de ces pupilles l’étendu d’un monde gargantuesque.

À peine une page frottée contre la suivante que la lecture riche d’informations lorgnant le principe de la propagande se vit interrompue par le roulement d’une mécanique mal huilée. Le regard du brun se leva lentement afin d’observer les silhouettes encore nébuleuses par-delà la barrière, offrant à son appréciation un personnel supplémentaire et nuancé comparé aux masques hétéroclites rencontrés jusqu’ici. Préparations post analyses, ne bouge pas. Tu vas bientôt avoir l’occasion de la rencontrer. La sommation du gardien eu le mérite d’attiser l’intérêt du grand gaillard, de par une insistance identitaire spécifique, retenue depuis le début de son séjour. Cela représentait presque une pépite d’or tant chacun s’évertuait à échapper à toute familiarité visuelle grâce aux coiffes taillées dans des figures animales oniriques.  D’ailleurs,  cette fameuse personnalité évoquée semblait posséder une considération autre pour paraitre ainsi des lèvres d’un simple garde-fou … Mais il fallait d’abord se plier aux examens de cet infirmier déstabilisé. Ce dernier s’exécuta avec une aise assez perturbée, surement vis-à-vis du patient épargné de sédatifs préalables pour sa sécurité ; Mesures assurément absurdes envers ce facies stoïque, absous d’une quelconque pensée d’évasion ou de sabotage. Aucun crime ou motif justifiait un statut apparent de prisonnier … Sans pour autant demeurer ici contre son gré. L’affaire ne concernait ni le commis de sécurité, ni l’apprenti sorcier ; Un point de vue affirmé par les réactions inexistantes du bonhomme sur l’outillage en question. C’est bon, on y va.

De sous-sols en sous-sols …. Aux tréfonds de ténèbres inconnus.

Au bout d’une excursion silencieuse se présentèrent subitement deux portes capitonnées et épaisses, dont l’ouverture se méprenait métaphoriquement à celui d’un sas pressurisé. Ce fut là l’impression dégagée par l’initiative du soldat qui le poussa par-delà la lumière aveuglante des projecteurs sur le plafond, avant de faire le guet comme devant un sanctuaire sacré. Le shinobi n’osa ni rapport, ni annonce à l’instar d’un superstitieux se préservant de toute profanation regrettable … Le laissant désormais seul, livré à lui-même après une entrée aux allures d’explorations. Au gré d’un soupir provoqué par l’infime changement de température, une inspection des lieux s’imposa immédiatement sous forme de réflexe, amplement révélatrice du contexte de sa visite en dépit d’un accueil fantomatique. On l’attendait implicitement au-dessus d’un banc d’opération dénué de charme, via une disposition concentrique des éléments tout autour, outre le reste d’une décoration incompréhensible. En effet, de part et d’autres d’une couverture hygiénique aux traits de linceuls mortuaires, siégeait une pléthore d’ustensiles très étonnant, pour beaucoup ignorés du patient improvisé. Cela divergeait bien trop des méthodes de son peuple axé vers les pratiques curatives directement liées à la nature … Davantage encore à l’orée d’une illumination diablement blanche du bloc, contrairement à sa résidence temporaire entre quatre murs.

Finalement, ses pas empiétèrent impétueusement sur l’antre du présumé savant fou, avec la démarche de l’initié abandonné les yeux bandés dans les méandres d’une menace omniprésente. Il ne put que s’installer tranquillement sur le flanc du lit inconfortable, dos à un voile opaque qui ne filtrait que les contours d’une ombre mobile. Trop occupé à guetter ces bruits typiques de manipulations ordonnées, il ne prit même pas le temps d’entamer d’éventuelles présentations logiques … Imperturbable, les iris en pleine contemplations. En dehors d’un fardeau nettement allégé, la nudité de son torse accordait une perception globale presque nouvelle grâce au sens du toucher spécialement éveillé depuis un moment déjà. Seulement, cette sensibilité prête à réagir au moindre souffle, au moindre contact cédait irrémédiablement l’avantage face à des entraves entourant les poignées et le cou du Kamikake, incapable d’utiliser le chakra en cas de danger. Selon les mises en gardes, un essai infructueux risquait instantanément de virer en une décharge électrique violente, jusqu’à passer de l’avertissement à une mort certaine … Comment faire ?

Proie facile, chaines immuables. Le cristal dépourvu d’éclosion résidait aux mains d’une âme encore insondable …

© Celestial Delinquent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja de Kiri
avatar
Ninja de Kiri
Messages : 9
Date d'inscription : 25/01/2015

MessageSujet: Re: [Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma) Mar 24 Fév - 21:59



La blancheur immaculée de la lumière envahissait les iris de la belle tatouée. En réalité, elle détestait purement et simplement cet endroit qui avait le don viscérale de lui rappeler la pièce où son père procédait à ces méfaits. Le côté bien alignés des instruments, entre seringues et autres instruments qui pourraient convenir à une géhenne, mais également l'odeur. Celle de détergent, une odeur puissante et violente qui semblait lui bouffait les poumons et la trachée tant elle l'avait en horreur. D'un geste à la fois fin et détestable, elle fronçait le nez, haussant les sourcils presque délicatement. Et puis il y avait le côté formel des choses, la sécurité prise, l'enfermement du lieu mais surtout, son côté exiguë. Makkura n'était pas claustrophobe, pas du tout même, mais trop de choses dans cette pièce concordait avec celle de ses cauchemars bien vivants et avait la capacité de lui rappeler ses moments de souffrances singuliers.
Dans un soupir irrité, elle passait alors une main délicate et diaphane dans sa nuque, cherchant à se rasséréner alors qu'au fond, elle savait très bien que ces souvenirs allaient rester encrer dans son esprit pour encore plusieurs nuits d'insomnie. Le pire étant qu'elle était entrée un bon nombre de fois dans la-dite pièce sans jamais en revenir traumatisée, bien à l'inverse, puisqu'elle y travaillait plusieurs jours d'affilés. Mais la différence était que cette fameuse pièce de l'horreur était personnalisée, elle l'avait rendue plus ... Plus comme elle. Et ainsi, elle avait chassait les mauvais souvenirs d'un revers de la main, tournant une page sur le passé trop douloureux pour qu'elle puisse continuer encore à en souffrir.

Enfin, l'un des gardes venait la prévenir. Le fameux patient allait bientôt se présenter à elle. Ainsi, elle pourrait en finir au plus vite et se débarrasser de l'oppression que la pièce exerçait sur elle. Si la tatouée avait été trop sensible, elle aurait sans doute déjà perdue pieds, s'évanouissant sans aucune forme de procès. Mais non, elle restait là, droite derrière le dernier voile qui les séparerait l'un et l'autre, faisant face à des outils dont elle n'aurait peut-être même pas l'usage. Alors, elle entreprit de sélectionner et de ranger l'attirail dépersonnalisé qui trônait là, simplement placé dans l'ordre dont on les présentait habituellement. La jeune femme se mettait à les ranger minutieusement, gardant toujours un oeil attentif et patiemment vers le voile.
Qu'il arrive, et vite, se soufflait-elle avec une lassitude béante. Il était réellement temps que tout cela prenne fin. En particulier lorsqu'elle se saisit de l'aiguille, se rappelait une nouvelle fois son statut de cobaye. Et même tous les tatouages qu'elle possédait en souvenir de ce temps, que cela soit la seringue sur l'aine ou les croix à chaque pli de coude, marquant l'endroit où l'on plantait l'aiguille, ne pouvaient lui rappeler autant ce moment, cette période qu'elle haïssait de tout son être.

Enfin, elle devinait une silhouette sous la lumière immaculée. Elle soupirait derechef avant de s'avancer, faisant face à ce nouveau patient. Et puis, d'une voix claire et rassurée, elle s'énonçait avec une certain dédain, intimant un ordre.

- Il me faut votre nom, vos capacités, l'endroit d'où vous venez, votre âge, entonnait-elle.

Bien évidemment, elle avait tout cela sur sa fiche, mais elle souhaitait vérifier s'il n'y avait pas eu le moindre mensonge, et même si tout cela était normalement exclu de la procédure, elle préférait prendre ce genre de précautions. Elle se reculait alors légèrement, prenant une pause plus détendue, mais également confiante, les sourcils froncés avec une certains délicatesse non négligeable.
Une fois toute les réponses obtenues viendraient le moment des test en tout genre. Elle commencerait par une prise de sang, puis par une inspection minutieuse de son organisme, afin de découvrir s'il n'y avait pas la moindre anomalie pouvant se révéler dangereuse. Et puis... Oh et puis merde, elle verrait bien en fonction des réponses. Toujours est-il qu'elle ne pouvait que constater qu'il n'avait aucune blessure apparente, et cela semblait déjà être une bonne chose.
Alors, la belle tatouée attendait simplement que les réponses lui parviennent, les bras croisés contre sa poitrine, et les jambes droites comme des piquets. Cela ne tarderait pas à venir, elle en avait bien conscience, et de ce fait, elle gardait un oeil sur la fiche à ses côtés, posée sur la petite table roulante de médecin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Fb] Dark side of universe (feat Makkura S. Akuma)
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» CHICAGO - Forum RPG
» Version 11 : Spéciale Carnaval !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapitre Troisième: Le Monde Shinobi :: 水 Mizu no Kuni 水 :: Village de Kiri :: Prison de Kiri-