Partagez|

Flashback : Confessions nocturnes [Seiza Kudo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chef du Keisatsu
avatar
Chef du Keisatsu
Messages : 43
Date d'inscription : 27/01/2015
Age : 102
Localisation : Dans l'ombre

MessageSujet: Flashback : Confessions nocturnes [Seiza Kudo] Lun 23 Fév - 20:01




« Les vers de terre s'enfoncent dans le sol pour ne pas tomber amoureux des étoiles. » 


La lune brillait particulièrement ce soir-là, illuminant le ciel, plongé dans les ténèbres nocturnes depuis à peine quelques heures. Un silence macabre prédominait les routes traversant les montagnes et malgré les bourrasques de vent, tout semblait parfaitement immobile. Le souffle glacial qui parcourait le pays était assez puissant pour faire plier les branches et agiter les feuilles des rares arbres bordant la région.

Une silhouette, que dis-je, une ombre arpentait les sentiers de Tsuchi no kuni à une allure folle ne laissant derrière elle qu'une légère brise ; impossible à repérer, par quiconque de non-initié aux déplacements furtifs et silencieux d'un ninja. Cette obscurité sembla ensuite se diriger vers un petit bois qui se trouvait le long d'un sentier sauvage non loin de la route principale qu'elle suivait. Arrivée à une distance raisonnable pour ne plus être vue ou entendue par les gens qui passeraient dans le coin, le mystérieux personnage arrêta enfin de se mouvoir. La clarté qu'offrait l'astre blanc permettait enfin de se renseigner sur l'identité de notre protagoniste : Hattori Aizen

Le haut-gradé du pays de la Terre, n’arborait pas son accoutrement habituel. En effet, le trentenaire avait revêtu le costume officiel des shinobis appartenant à la police politique tristement célèbre : le Keisatsu. Le jônin se dirigeait en direction d’une petite bourgade isolée, non loin d’un lieu particulier pour lui et pour son clan.

Les montagnes ancestrales étaient vraiment un lieu unique. La légende dit que c'est dans cette région que s'entraînaient les premiers clans shinobis de la roche, il y a de très nombreuses années. Ce serait notamment ici que se serait développé le Jinton : le puissant Kekkei Tota de la poussière.

Pour une raison inconnue, l’auburn avait décidé de s'éclipser d'Iwa le temps d'une nuit afin de se rendre non loin cet endroit légendaire. Le leader caché de l’escadron de la mort,  surnommé « l’impitoyable»,  avait justement été associé à ce sobriquet dans cette région. La cruauté exceptionnelle des ordres donnés et la fourberie sans nom dont il avait fait preuve lors de la traque d’un rebelle  marqua la population locale à jamais.

Pour Aizen,  ayant été très récemment élu chef du clan Hattori, cette chaine montagneuses ne représentait qu’une relique d’un passé à oublier. Un passé fait d’entrainements intensifs, de sueur, de sang…


- Pour l’enseignement d’aujourd’hui, il ne sera plus question de jutsus. Les vrais guerriers sont capable se battre aussi bien sans chakra qu’avec. Tu dois ne doit pas être dépendant de tes meilleurs atouts. Ne l'oublie jamais !

Tels furent les paroles de son instructeur – Shun Hattori –  au moment de son initiation au combat. À cette époque, Aizen était encore jeune et obéissait à tous les ordres donnés par les membres influents de son clan. Personne ne lui portait la moindre affection contrairement à aujourd‘hui. Se remémorer tout ça laissa apparaître un léger rictus sur le visage de l’Hattori qui observait une petite maison du village en particulier. Le calme de l'endroit, la lune scintillante, le vent – étant à présent passé à l'état de brise vespéral – caressant ses cheveux, plongeait le châtain dans une atmosphère relaxante. Et, c'est figé sur le sommet d'une colline, lui permettant d'avoir une vue panoramique sur toute la zone, qu'il demeura.

En général, toute bonne chose à une fin. Les moments de solitude et de méditations en particulier. Durant un dixième de seconde, Aizen sentit non loin de l’habitation observé à une soixantaine de mètres de lui. Il ne bougea pas pour ne pas risquer de paraître hostile et engager une joute inutile. Si quelqu'un  de l’importance d’Aizen Hattori avait pris la peine d’espionner une simple habitation détachée d’Iwa, c'était sûrement pour une raison très importante. En effet la personne ayant fait son apparition à cette heure tardive, n’était nulle autre que Seiza Kudo, une nukenin originaire de Kumo sous protectorat iwajin.

D’après le rapport, elle avait désertée sa terre natale en compagnie de son mari pour des raisons que ne comprenait pas trop le leader du Keisatsu. Après tout, Aizen ne connaissait rien à l’amour pour une autre personne que lui-même, ce sentiment représentait pour lui un certain un handicap même si cela s’avérait être une force pour d’autre personnes.

Expirant la frustration d’avoir affaire à quelqu’un d’aussi prévisible,  Aizen enfila son masque préparant son entrée en scène. Il utilisa toute sa vitesse pour se mouvoir dans l’angle mort de la belle et laissa sortir ces quelques mots de sa bouche laissant paraitre un ton doux et rassurant.


- Les étoiles sont magnifiques n'est-ce pas ?

Aizen laissa un léger temps de répit à son interlocutrice juste au cas où.  

- Elles ont tellement inspirés les hommes que l’on pourrait facilement leur attribuer un caractère divin. Certains y voient une carte, d’autre les considère comme un simple élément décoratif de la voûte céleste une fois la nuit tombée.

Le chef du Keisatsu, inclina légèrement sa tête vers le ciel ne se souciant même pas de surveiller la déserteuse qui n'était à présent plus qu'à quelques mètres.


- J’imagine que tu es la nukenin de Kumo, Seiza Kudo hein ? Les étoiles ont elles une signification pour toi ?



_________________
"Espoir,confiance,dépendance. Ce sont des mots pour les faibles. Je n'ai pas besoin de tels mots..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo' Présentations  Vagabond Rang B
avatar
Modo' Présentations
Vagabond Rang B

Messages : 141
Date d'inscription : 18/01/2015

MessageSujet: Re: Flashback : Confessions nocturnes [Seiza Kudo] Lun 23 Fév - 22:24

Confessions nocturnes

ft. Hattori Aizen


« Que devient une étoile qui meurt ? Un rêve qui vit. »