Partagez|

Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Shodaime Tsuchikage
avatar
Shodaime Tsuchikage
Messages : 94
Date d'inscription : 23/01/2015
Localisation : Iwagakure no Satô

Fiche du Shinobi
Rang: S
DC:

MessageSujet: Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo) Mar 27 Jan - 0:22


© crédit
Le début du conflit...

∆ Feat. Akainu ∆


Paperasse. Voilà la vérité sur le pouvoir, de la paperasse, encore et toujours de la paperasse. L’envers du décor est loin d’être aussi attirant que ce que l’on croit. Néanmoins, cela ne dérangeait pas notre cher Tsuchikage. Il faut dire que depuis maintenant près de plus d’une décennie, il avait pour habitude d’avoir le nez plongé dans ses comptes. Bien avant la création d’Iwa, c’était lui qui chapeautait tout au sein de son réseau de recel de cadavres. Administrer de loin était devenu une habitude pour lui, au même titre que de ne se battre qu’en de très rares occasions. Pour être franc, Akainu aimait même cela. Être au pouvoir était paradoxalement assez reposant pour lui. Ne pas à se soucier de sa sécurité, simplement déléguer cette tâche au Keisatsu lui faisait gagner un gain de temps énorme. Certes, gérer tout un pays était loin d’être chose aisée, mais non seulement notre homme s’en sortait bien, mais qui plus est il avait beaucoup de plaisir à le faire. La gestion lui plaisait et il excellait dans ce domaine après tout. Assis confortablement derrière son bureau, le chef du village n’avait de cesse de lire et signer multitude de dossiers. Des fois il s’agissait de changer les tours de garde, d’autres fois de commander d’importants stocks de riz, ou bien encore d’autoriser des actions militaires périlleuses. Tout y passait sans exception. Sa plume à la main et seul dans son bureau, notre homme était pensif.


C’est alors qu’on frappa à la porte. De qui s’agissait-il ? Une seule manière de le savoir, autoriser la personne à entrer. De sa voix rauque, le Tsuchikage lui demanda de faire son apparition. Il s’agissait d’un homme du nom d’Atsuji Matsuda. Le shinobi était à la tête de la section sécurité des frontières. Son rôle n’était autre que celui de protéger le pays de la Terre de tout intrus qui chercherait à y entrer sans y être invité. Bien sûr, ce poste était d’une immense importance et l’homme face à lui faisait partie de ces ninjas de «confiance». Même si le terme confiance ne semble pas très approprié lorsque l’on parle de notre cher Akainu. Quelque chose d’anormal devait avoir eu lieu. Ce n’était pas le genre de Matsuda de venir déranger le Kage sans raison. S’il était ici, la situation devait être grave. Après avoir fait trois pas vers le bureau, l’homme posa le genou à terre et s’inclina face à son leader, comme la règle le voulait à Iwa. Cette convention établie par le médecin de la mort ne cessait pas de flatter son égo et de le différencier des hommes qu’il gouvernait. D’un simple regard, la quadragénaire intima à son soldat de s’exprimer.


« Tsuchikage-sama, je viens vous annoncer une mauvaise nouvelle. Il semblerait que suite à notre dernière action offensive contre le pays de l’Ours, ses habitants aient décidés de réagir. Comme vous le savez nos relations avec eux sont vraiment tendues, mais les choses sont allées plus loin durant la nuit... Il semblerait qu’ils aient levés une troupe d’une cinquantaine d’hommes pour attaquer le poste frontière numéro 476. Nos hommes ont étés pris par surprise et... les ennemis sont parvenus à pénétrer au sein du pays. »


D’un signe de la main, Akainu fit taire son homme. Un silence angoissant régnait dans la pièce. Matsuda ignorait ce qu’il allait advenir de lui. Le Tsuchikage allait-il le faire exécuter pour avoir failli à sa tâche ? C’était fort probable et ce ne serait pas la première qu’il se débarrasserait d’un soldant échouant dans sa mission. Cependant, notre héros ne pensait pas à cela. Seule la colère montait en lui. Ainsi donc le pays de l’Ours se défendait ? Objectivement on aurait put dire que ses habitants étaient dans leur droit en ne faisait rien de plus que de se défendre face à un voisin un peu trop oppressant. Seulement Akainu ne l’entendait pas de cette oreille. Qu’importe la situation ou les bonnes raisons que pouvait avoir le pays de l’Ours pour se défendre, la situation était intolérable et il n’allait assurément pas faire preuve de tolérance. Ce n’était pas son genre. Le Tsuchikage passa la main dans sa longue barbe en fermant les yeux. Seul un soupir s’échappa de sa bouche. Durant quelques minutes, Matsuda attendit que tombe le verdict.


« Je suppose que si tu es ici c’est parce que les ennemis ont déjà tous étés capturés et éliminés. N’est-ce pas ? »


Le regard d’Akainu était sévère et l’expression sur son visage indiquait très clairement qu’il ne voulait pas qu’on lui apprenne une seconde mauvaise nouvelle. Il se sentait d’humeur clémente aujourd’hui, mais il ne faudrait pas pousser le bouchon trop loin. Après avoir dégluti, l’homme en sueur face à lui hocha la tête.


« Oui seigneur, il en a été fait selon la procédure. L’on m’a rapporté que des hommes des avant-postes 455, 502 et 508 ont encerclés rapidement la position ennemie avant de lancer l’assaut. Selon le rapport qu’il m’a été fait il y’aurait eu 18 morts chez nous ainsi que 12 blessés dont deux grièvement. Concernant les forces du pays de l’Ours, elles ont étés exterminées totalement, il n’y a aucun survivant... »


Alors qu’il se leva de sa confortable chaise, Akainu expira violemment du nez pour montrer toute son exaspération. Il était clair que la situation le mettait dans une rage folle, mais par chance il savait tout particulièrement bien se dominer et garder contenance devant ses hommes. Après quelques pas, le kage se retrouva face à son homme, toujours à terre.


« Relève toi Matsuda. Cette nuit les hommes qui sont sous tes ordres ont faillis à leur tâche. Ta mission est de t’assurer que les frontières du pays soient infranchissables. TROUVES-TU QU’ELLES L’AIENT ÉTÉES CETTE NUIT ?!? NON !!! Tu es un bon élément, je te donne donc une seconde chance de faire ce pourquoi tu es désigné. Déçois moi encore une seule fois et je me chargerai personnellement de ton exécution. EST-CE CLAIR ?!? »


La peu se lisait sur le visage du ninja. Il venait d’échapper de peu à la mort simplement parce qu’il était compétent en temps normal. Sa vie n’avait tenu qu’à un fil et il se promit alors à lui même de ne plus jamais décevoir son chef. Bravant la terreur qui l’envahissait, il  trouva le courage de répondre affirmativement à Akainu. Une fois cela fait, notre homme se radoucit subitement. Maintenant que cela était réglé il fallait penser à la suite, il fallait tirer conséquence de cette nuit.


« Bien. Pour commencer, s’il reste des survivants au poste frontière numéro 476, je veux que tu les fasses exécuter pour avoir manqué à leur devoir. Tu vas ensuite faire passer le mot afin de me motiver ces bons à rien. Ce n‘est pas parce que leur travail semble plus facile et plus calme que c’est le cas. Leur tâche est primordiale et dès à présent je punirais de la peine de mort quiconque laisserait pénétrer le moindre intrus au sein de nos terres. Bien, je veux néanmoins que tu augmentes les effectifs des hommes se chargeant de la sécurité des frontières des 20% sur l’ensemble du pays et de 30% sur la longueur de la frontière nous séparant du pays de l’Ours. Matsuda, je ne rigole pas, plus aucun de leurs ninjas ne doit plus pouvoir pénétrer nos terres. Tu peux disposer à présent. »


Une fois son homme parti, Akainu prit à nouveau place derrière son bureau. La situation était grave. Le pays de l’Ours avait dépassé les bornes en se mettant au même niveau que lui et il devait sévir. Était-il temps de leur déclarer la guerre ? Oui, assurément. Le Tsuchikage en était sûr à présent, il était temps pour Iwa de rentrer en guerre et d’en finir avec ce maudit pays. Seulement, pour cela il devait minutieusement préparer son attaque. Une guerre ne se réglant pas aussi facilement qu’une simple mission, il allait lui falloir penser à une ribambelle de détails avant de se lancer. Une chose était certaine, bientôt les deux pays voisins connaitraient un conflit d’une rare violence, tout n’était plus que question de temps à présent.


© ciitroon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shodaime Tsuchikage
avatar
Shodaime Tsuchikage
Messages : 94
Date d'inscription : 23/01/2015
Localisation : Iwagakure no Satô

Fiche du Shinobi
Rang: S
DC:

MessageSujet: Re: Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo) Jeu 29 Jan - 2:12


© crédit
un petit imprévu...

∆ Feat. Akainu ∆


Quelques jours avaient passés depuis l’attaque nocturne d’un petit groupe du pays de l’Ours. Malgré le fait qu’il n’y ait eu que très peu de perte au sein des forces du village, le Tsuchikage s’était montré intransigeant. À ses yeux, il s’agissait là d’une déclaration de guerre. La vérité était certes légèrement différente, mais cela lui importait peu. Après tout, seul vainqueur dicte sa vérité. Faisant suite à cette attaque, de nombreuses réunions s’organisèrent avec d’éminents membres du village. Déclarer une guerre était chose simple, la mener était tout autre. Il fallait énormément d’organisation pour mener un conflit armé à bien. Depuis ces quelques jours, il y’a avait donc un balais ininterrompu de stratèges, conseillers et généraux en tous genres qui défilaient dans le bureau du Tsuchikage. La guerre n’en était qu’au stade embryonnaire, nous étions encore relativement loin des batailles. À l’instar d’un navire, le moteur se mettait en marche. Les forgerons commençaient à redoubler d’efforts pour produire de plus en plus d’armes et l’on débutait le rassemblement des troupes. D’ici moins d’un mois, la guerre aurait commencé. Pour l’heure, Akainu se trouvait derrière son bureau. Comme toujours, il était rempli de paperasse, mais d’un genre tout autre. Plus de place pour les budgets ou autres futilités. Tous avaient fait place à d'innombrables cartes, des prévisions tactiques et une multitude de rapports sur l’armée du village.


Face au chef du village se trouvaient quatre hommes. Bokuden Tsukahara, le général en chef de son armée ; Atsuji Matsuda, directeur à la sécurité des frontières ; Hisashi Mitsui, directeur de la section renseignements ; et enfin Ogawa Kobayashi, le chef des Forces Spéciales. Dans ce petit bureau se trouvait la majorité de l’État-major d’Iwa, réuni pour préparer la guerre imminente. Akainu, avachis sur son bureau, était songeur. Le brainstorming durait depuis maintenant trois heures d’intenses réflexions dont il m’est impossible de vous parler en détail par soucis de confidentialité. Plus le temps passait, plus le Tsuchikage se sentait mal. Sa tête le faisait souffrir. D’où venaient ces si douloureuses céphalées ? Notre homme se surmenait-il ? La tête entre ses mains, il devenait clair qu’il allait mal. Malheureusement ce n’était pas le moment, Akainu ne pouvait pas se permettre de laisser son petit bien-être interférer avec ses plans. Sortant de son tiroir une boite d’antidouleurs, il prit la décision de prendre son mal en patience. Après tout il n’allait pas en mourir. Malgré tout, rien n’y faisait, le temps avait beau s’écouler, son mal ne partait pas. C’est alors qu’une femme fit son apparition dans la pièce. Qu’est-ce que cela voulait bien dire ? Comment ? Qui était-elle pour apparaitre soudainement. Le regard d’Akainu s’écarquilla quand il reconnut la personne qui lui faisait face.


« Tatsuya... ? » murmura-t-il de manière à peine audible.


« Akainu t’es sûr que ça va ? » demanda Bokuden sans se soucier de l’étiquette.


« Sortez... dehors maintenant... »


« Quoi ? Mais enfin, on est en pleine réu... »


« J’AI DIS SORTEZ !!! » hurla soudainement le Tsuchikage


Bien que nageant en pleine confusion, les hommes sortirent de la pièce, conformément aux exigences de leur chef. Tous savaient qu’il ne fallait pas lui désobéir, même eux ne se le permettaient pas malgré leur rang. Matsuda, le plus compatissant des quatre, lança tout de même un regard inquiet vers son meneur, malheureusement il ne put pas capter son attention. Akainu garda le regard fixe pendant quelques minutes. Les yeux baissés vers son bureau, il n’osait pas les lever. Il était perdu, dans l’incompréhension la plus totale. Comment cela pouvait-il être possible ?


« Tu es morte... je t’ai vu mourir... » affirma l’homme pour lui même.


Akainu ferma les yeux avant de se frotter le front avec vigueur. Bordel mais que se passait-il ?!? Tatsuya était morte, cela faisait des années, des dizaines d’années. Il ne restait plus rien d’elle hormis ses os. Alors que faisait-elle là ? Devenait-il fou ? Nan... pas lui... ce n’était pas possible, il ne pouvait pas le tolérer. L’avait-on plongé dans une illusion ? Impossible, pas lui. Comment quelqu’un en aurait été capable ? Soucieux d’éclair ce point, Akainu sortit un kunai qu’il se planta immédiatement dans la paume de la main. Non. Aucune illusion. Merde. Pourquoi cela lui arrivait-il ? Pourquoi à lui ? C’était intolérable, le Tsuchikage devait réagir. Refusant de rester une seconde de plus en compagnie de sa défunte épouse, il prit à grande hâte la direction de son laboratoire personnel. Certes, il y faisait d’habitude ses expériences, mais on y trouvait tous les médicaments existant. Il était évident qu’il y trouverait quelque chose pour faire cesser cette hallucination. Lorsqu’enfin il arriva, sa femme était toujours derrière lui. Silencieuse, elle ne disait rien et se contentait de le fixer. Lorsqu’Akainu dénicha la pilule qu’il cherchait et s’apprêta à l’avaler, Tatsuya s’approcha de lui. Lentement elle posa sa main sur sa joue.  Son regard azur plongé dans le sien, elle se mit à pleurer.


« Qu’es-tu devenu mon amour ? Je ne te reconnais plus. Qui es-tu ? Où est passé mon époux ? » sanglota-t-elle.


Paniqué comme jamais depuis de très longues années, le Tsuchikage commença à reculer lentement. Il devait avaler ce comprimé, il devait la faire disparaitre. Alors qu’il le portait à sa bouche, une nouvelle personne fit son apparition. C’était Asuna. Sous le choc, l’homme tenta de reculer mais il trébucha. Sa chute l’amena dos au mur le plus proche et il fit tomber son médicament. Le visage radieux de sa fille était le même que celui qu’il avait connu il y avait des années. La revoir fit perler quelques larmes sur les joues d’Akainu. Depuis la morts de ses deux femmes, jamais plus il n’avait pleuré, jamais. Le choc émotionnel était trop fort, même pour celui que le monde connaissait comme un dictateur sans scrupules. Tatsuya s’empara de la main du ninja et l’amena vers son étui à kunai. N’arrivant pas à résister, il se laissa faire et s’empara de son arme. Lentement, elle conduisit la lame jusqu’à son coeur. Il n’y avait plus aucun son dans cette pièce sombre. La seule chose qui comptait, c’étaient les sourires de sa fille et de sa femme.


« Rejoins nous Akainu. Cesse cette folie et viens nous tenir compagnie. Je t’en prie mon amour... »


Le Tsuchikage posa le regard sur son arme et fut soudain prit d’un doute. Devait-il le faire ? À quoi bon continuer la vie sans les deux amours de sa vie ? Peut-être que... Non, mais que faisait-il ?!? La mort ? Lui ? NON, jamais ! Violemment, Akainu jeta le kunai au loin et s’empressa d’avaler le comprimé qui se trouvait au sol non loin de lui. La pièce se mit soudainement à trembler et ses deux femmes changèrent pour prendre l’aspect d’un démon, hurlant à lui crever les tympans. Akainu ferma et les yeux et se boucha les oreilles. Quand finalement... tout revint à la normale. Bon sang, mais que lui était-il arrivé ? Merde, tout cela n’annonçait rien de bon. Si quelqu’un venait à l’apprendre, même lui aurait du mal à garder son poste. Nan, il ne pouvait pas se le permettre. Avec empressement, il rangea la boite de médicaments dans poche. Vraisemblablement, ils faisaient de l’effet. Tant qu’il en prendrait, les choses iraient certainement très bien. Du moins il fallait espérer...


© ciitroon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shodaime Tsuchikage
avatar
Shodaime Tsuchikage
Messages : 94
Date d'inscription : 23/01/2015
Localisation : Iwagakure no Satô

Fiche du Shinobi
Rang: S
DC:

MessageSujet: Re: Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo) Dim 8 Fév - 11:42



que la guerre commence

∆ Feat. Akainu ∆


Depuis deux semaines, les rouages du navire qui formaient Iwa ne cessait de marcher à plein régime. L’activité de tous les ninjas de cessait de s’accroitre. Tout le monde était mobilisé, la guerre était déclarée. Les femmes souhaitaient bonne chance à leurs époux, les enfants rêvaient de partir un jour se battre et les maris craignaient de ne pas revenir en vie. Malgré la peur qui tiraillait certains, tout le monde soutenait le Tsuchikage dans un élan patriotique qui faisait chaud au coeur. Tout Iwajin savait pertinemment qu’il était impensable de se laisser faire et de ne pas réagir face à l'impertinence des ninjas de l’Ours. La guerre semblait gagnée d’avance, les forces adverses étant ridicules faces à la grande armée du pays de la Terre. Néanmoins, cela ne voulait pas dire qu’il s’agissait d’une partie de plaisir. Une guerre comporte toujours son lot de malheurs et celle-ci n’y échapperait certainement pas. Après tout, ce n’est qu’en ce genre de temps que les pères enterrent les fils et non plus le contraire...


Assis derrière son bureau, Akainu organisait la dernière réunion d’avant-guerre. Les troupes étaient mobilisées, les hommes armés et la logistique en place, il ne manquait plus qu’une chose: des directives. Le Tsuchikage fit venir l’État-major au complet cette fois-ci, ainsi que le chef du Keisatsu. Les têtes pensantes d’Iwa étaient réunies dans une même pièce, le sort de leurs adversaires semblait bien compromis. Cigare en main, Akainu attendit patiemment que tout le monde fasse son apparition avant de commencer la réunion. Malheureusement pour lui, il ne supportait plus ce genre d’attentes en ce moment. Depuis qu’il commençait à avoir ses hallucinations et qu’un traitement médical s’imposait, il avait un mal fou à se concentrer sur ce genre de tâches. Un mal de crâne insupportable le faisait souffrir. C’était comme si quelqu’un s’amusait à frapper les parois internes de son pauvre crâne. Il était évident que le criminel n’allait pas bien. Son teint pâle ne trompait personne, et surtout pas sa femme. Heureusement pour notre homme, tous pensaient que le chef du village était simplement exténué par les derniers évènements. Il fallait bien avouer qu’il ne dormait en plus que très peu. Avant que d’autres n’arrivent, Emiko embrasse délicatement son mari qui se laissa faire sans rien dire. Il était ailleurs. Quand finalement tout le monde arriva, l’homme s’exprima.


« Comme vous le savez, nous sommes sur le point de partir à la conquête des pays de l’Ours et de la Montagne. Vous en connaissez les raisons donc je vais me faire chier à répéter. Koichiro m’a fait part hier soir que notre armée était prête partir en guerre, vous êtes donc ici pour recevoir chacun vos directives. Pour commencer, Bokuden va vous faire part de notre plan d’attaque. Je vous prie d’être attentifs, il ne répètera pas. »


Prenant sa tête entre ses mains, Akainu éteignit son cigare avant de se servir un verre d’eau. pendant ce temps, le général en chef déplia une carte sur le bureau du Tsuchikage. Une fois tout le monde agglutiné autours, il commença à dessiner le schéma du plan qu’il avait organisé. Ce n’était pas le plus stratégique ni le plus brillant qu’il n’ait jamais conçu, mais il fallait bien avouer que pour cette guerre, il n’était nul besoin de faire montre d’une immense intelligence. Après s’être raclé la gorge, Bokuden commença son exposé en montrant au fur et à mesure la carte de son doigt.




« En premier lieu, si certains d’entre vous l’ignorent, Akainu ne m’a confié que la moitié de notre armée régulière pour cette attaque. Comme vous pouvez le voir, j’ai décidé de scinder nos forces en quatre. Nous attaquerons sur trois fronts. Le front A, soit le plus au nord fera une percée à la frontière au niveau de l’avant-poste 476. Akainu y dirigera un quart des hommes et son but sera d’avancer dans les terres jusqu’au village ninja du pays de l’Ours. Le front C, soit le plus au sud, percera quant à lui au niveau de l’avant-poste 965. Il sera dirigé par Aizen et Ogawa, toujours avec un quart des hommes et leur but sera de prendre le village caché du pays des Montagnes. Concernant la moitié des hommes restant, je les dirigerai moi même. Nous attaquerons la frontière vers l’avant-poste 705 et avancerons un peu dans les terres avant de nous scinder en deux. La moitié ira soutenir le front A, l’autre ira au front C. Je partirai avec la moitié qui ira aider le front avançant le moins vite, l’autre sera dirigé par Ogawa. C’est tout pour moi Akainu. »


Une fois qu’il eut fini de s’exprimer, tout le monde s’écarta du bureau pour revenir à sa place en position de garde à vous. Maintenant que le plan était connu de tous, il restait à savoir ce que le Tsuchikage ferait des membre de l’Etat-major restant. Tous n’allaient pas partir en croisade, il était donc nécessaire de leur expliquer leur tâche. Bien sûr, ils savaient déjà presque tous ce qui les attendaient. Après avoir avalé son verre d’une traite, le chef prit à nouveau la parole.


« Hum hum, bon donc voilà pour l’attaque. Maintenant, comme vous l’avez remarqué, quatre noms n’ont pas étés mentionnés par Bokuden. Vous l’avez bien compris, cela veut dire que vous ne combattrez pas, j’ai besoin de vous ailleurs. Tout d’abord, Wakame, je te charge de mobiliser toutes tes troupes dans la baie d’Aisu et de protéger notre côte contre la moindre attaque maritime. Matsuda, Emiko et Koichiro, vous resterez tous les trois à Iwa. En mon absence, c’est Emiko qui aura la charge d’assurer mes fonctions de kage habituelles. Vous vous en remettrez à elle, elle s’en remettra à moi. Qui plus est, maintenant que notre armée réserviste est mobilisée, c’est elle qui sera à sa tête pour assurer la protection à l'intérieure du pays. Koichiro, vous continuerez d’assurer la logistique depuis Iwa, vos moineaux nous serviront à faire la communication, je compte sur vous pour faire un aussi bon travail que d’habitude. Enfin, Matsuda tu auras la charge de la moitié de l’armée restante pour booster comme jamais la sécurité aux frontières. Je ne veux pas que le moindre lapins puisse passer, et ce n’est pas une blague. Demain, les troupes se déplaceront jusqu’à leur point de rendez-vous et dans trois jours nous lançons l’attaque. Bien, à présent rompez. »


Alors que tout le monde sortait lentement de la pièce, Akainu se servit ce coup-ci un verre de saké et sortit de sa poche sa boite de médicaments. Les yeux rivés sur son bureau, il ne se rendit même pas compte qu’Emiko était toujours là. Notre homme sentait naître en lui un besoin de ces petits cachets. Il était vrai qu’il était facile d’y lier une accoutumance, mais il n’avait pas le choix, personne ne devait savoir. A peine eut-il avalé ses comprimés qu’il prit conscience que sa femme se tenait face à lui. Pas un mot ne sortit de sa poche, il se contenta de la fixer droit dans les yeux. Son air pâle et fatigué inquiéta la première dame d’Iwa qui s’empressa de se placer derrière lui. Alors qu’elle commença à le masser elle lui susurra quelques mots à l’oreille sur un ton triste.


« Mon chéri, ça fait quelques jours que tu sembles mal. Veux-tu m’en parler ? Je suis vraiment inquiète tu sais... »


Faisant fi de la douleur qui le rongeait, le Tsuchikage se leva lentement. Après s’être retourné, il retira son chapeau et embrassa son épouse pour la rassurer. Bien sûr, c’était loin d’être assez. Quoiqu’il puisse dire, elle ne serait pas réellement rassurée. Le criminel essaya néanmoins.


« Emiko, je suis fatigué. C’est tout, ne t’en fais pas, n’y pense pas, demain je pars en guerre et tu devras diriger Iwa aussi bien que je le fais. Ne te laisse pas distraire par des futilités. J’ai juste envie de… je... Emiko, rentrons... »


© ciitroon

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo)

Revenir en haut Aller en bas

Seul le vainqueur dictera sa vérité (Rp solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Perte des points en dextérité après Up
» Seul et perdu...
» Big Boss motorisé. Seul ou accompagné ?
» Comment avouer une vérité pareille?
» Vainqueur ... ou perdant ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Chapitre Troisième: Le Monde Shinobi :: 土 Tsuchi no Kuni 土 :: Village d'Iwa :: Tour du Tsuchikage-